Le monde à défilement horizontal de Greak: Memories of Azur est aussi prévisible que dangereux à voir. Alors que Greak se réunit puis part à l’aventure avec ses deux frères et sœurs, vous aurez trois personnages pour résoudre des énigmes et combattre des monstres à la fois. Un défi, mais en est-il un que le jeune trio peut surmonter ?

210

Le style artistique dessiné à la main du jeu est tout simplement magnifique et en fait l’un des jeux 2D les plus beaux que j’ai vus. Il évite parfaitement les pièges du pixel art et ressemble plus à un dessin animé fait avec amour. Il est difficile de critiquer le jeu ici, avec beaucoup de variété entre les environnements et un monde bien réalisé à explorer. Ensuite, il y a la bande-son orchestrale, qui est également très bonne, même si elle ne correspond pas tout à fait aux visuels du jeu. Il y a aussi beaucoup d’histoires dans le monde d’Azur et les personnages ont beaucoup à dire à ce sujet si vous êtes intéressé.

211

Aussi intéressant et beau que soit le monde, il est toujours plein de choses qui veulent vous tuer, vous devrez donc rester sur vos gardes. Vous commencez le jeu avec les frères et sœurs séparés, mais Greak est sauvé et emmené dans un village voisin. Après avoir discuté avec les villageois, vous recevez une ou deux quêtes secondaires et vous partez à la recherche de votre sœur, Adara. C’est là que des fissures commencent à apparaître, car le combat est un peu rude. Greak commence par un simple combo et une esquive et peut débloquer des attaques supplémentaires en accomplissant des quêtes secondaires spécifiques. Le fait est que la portée de Greak est si courte qu’on a l’impression que vous devez toucher la barbe d’un ennemi pour entrer en contact. En conséquence, vous pensez qu’il est préférable de simplement marcher vers eux tout en balançant votre épée. S’ils gênent, c’est de leur faute.

212

En fait, vous feriez mieux d’esquiver chaque ennemi et d’attaquer par derrière, car vous ne pouvez pas prendre beaucoup de coups même après avoir déverrouillé certaines améliorations. Vous pouvez collecter de la nourriture pour cuisiner sur un feu de camp qui peut ensuite vous soigner, mais l’inventaire est incroyablement limité, vous êtes donc constamment obligé de laisser des choses derrière vous. Vous pouvez légèrement augmenter votre inventaire, mais cela ne suffit pas à atténuer la frustration, d’autant plus que les objets de quête ont également tendance à occuper de l’espace dans l’inventaire.

213

La conception ennemie est souvent frustrante à gérer ; qu’ils fassent constamment réapparaître des créatures ressemblant à des zombies ou les divers Urlag, ils ont tous leurs propres ennuis. Les gros slimes explosent en quatre plus petits, atterrissant souvent sur vous et il y a peu de choses que vous puissiez faire pour les éviter. Un boss n’a eu que deux attaques, mais à mi-chemin du combat, il enrage et effectue chacune de ces attaques trois fois de suite rapidement. Cela semblait un peu sans imagination et bon marché, malheureusement. Le pire ennemi est de loin la fléchette Urlags, qui se téléporte de nulle part, vous tire des fléchettes à tête chercheuse qui peuvent littéralement faire tourner l’air à 360º tout en vous dirigeant vers vous, puis se téléportent ailleurs et recommencent.

214

D’un autre côté, les énigmes ne sont pas particulièrement éprouvantes, mais ont tendance à impliquer un accompagnement maladroit de vos personnages un par un. Il y a des passages bloqués par la glace que vous ne pouvez faire fondre qu’en saisissant une torche à proximité et en créant un chemin à travers avant que la flamme ne s’éteigne. Ils peuvent être satisfaisants à terminer, mais le processus pour y arriver est souvent lourd de maladresses et d’inconvénients plutôt qu’un défi intéressant. Gérer trois personnages en temps réel pour accomplir une tâche pendant que les ennemis continuent de réapparaître commence rapidement à devenir plus difficile et cela n’en vaut pas toujours la peine.

213

Greak : Memories of Azur n’est pas un mauvais jeu, mais c’est un jeu qui a un peu trop d’ennuis. Entre les ennemis aggravants, l’inventaire limité et l’IA presque absente des frères et sœurs de Greak, c’est une expérience trop alourdie par la frustration pour obtenir une recommandation forte. Cependant, si vous aimez l’apparence du monde et que certains ennemis bon marché et des commandes maladroites ne vous dérangent pas, Greak est l’un des meilleurs jeux de plateforme 2D auxquels j’ai jamais joué et le monde est suffisamment intéressant pour vous permettre de continuer.

Jeu testé sur Steam (jeu en sous-titres français)

Publié par :heavy84

Collectionneur, Youtubeur, Joueur de Jrpg, Rpg, Jeux de sport mécanique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s