Hey hey les geekos, on se retrouve avec un thriller nordique, il s’agit de « Dix âmes, pas plus » de Ragnar Jonasson qui sort aujourd’hui aux Éditions de La Martinière.

« Recherche professeur au bout du monde. » Lorsqu’elle voit passer cette annonce pour un poste d’enseignant dans le minuscule village de Skálar, Una, qui ne parvient pas à trouver un emploi stable à Reykjavík, croit saisir une chance d’échapper à la morosité de son quotidien.

Mais une fois sur place, la jeune femme se rend compte que rien dans sa vie passée ne l’a préparée à ce changement radical. Skálar n’est pas seulement l’un des villages les plus isolés d’Islande, il ne compte que dix habitants. Les seuls élèves dont Una a la charge sont deux petites filles de sept et neuf ans. Les villageois sont hostiles. Le temps maussade. Et, depuis la chambre grinçante du grenier de la vieille maison où elle vit, Una est convaincue d’entendre le son fantomatique d’une berceuse. Est-elle en train de perdre la tête ?

Quand survient un événement terrifiant : juste avant noël, une jeune fille du village est retrouvée assassinée. Il ne reste désormais plus que neuf habitants. Parmi lesquels, fatalement, le meurtrier.

dix ames pas plus

#Dixâmespasplus #NetGalleyFrance

Voilà un roman à côté duquel je ne pouvais pas passer surtout pour son auteur. Ça fait un moment que je vois passer du Ragnar Jonasson, que je me dis qu’il faut que je le lise et l’occasion s’étant présentée, je ne l’ai pas laissé passer. Soit, le résumé et la couverture hivernale de ce bouquin me tentaient bien mais, vous l’aurez compris, c’est avant tout le nom de l’auteur qui m’attirait. Finalement, j’ai passé un bon moment de lecture.

Il faut savoir que je lis vraiment très peu de polars nordiques (et pourtant, c’est pas faute d’en avoir dans mon énorme pile à lire), mais je sais que souvent, avec ce genre de roman, l’intrigue met du temps à démarrer et l’ennui peut nous guetter. Avec, « Dix âmes, pas plus », il n’est pas du tout question de trouver le temps long, l’intrigue est très bien construite et on ne voit pas les pages se tourner.

On commence donc par un avant-propos qui nous explique que l’histoire se déroule au milieu des années 80. Si j’ai un léger bémol à émettre, c’est peut-être sur cette temporalité, car à certains moments, je ne me rendais pas réellement compte que j’étais à cette époque, mais peut-être que c’est parce que je ne lis pas assez de thrillers nordiques, allez savoir. 

Un passage en italique nous amène à faire la connaissance de Una qui se réveille en sursaut, incapable de se rappeler où elle se trouve, a la sensation d’être perdue, allongée dans un lit inconnu et ce passage nous met immédiatement dans l’ambiance du roman. Cette histoire de berceuse et ce village mystérieux vont nous intriguer. On va se poser tant de questions qu’on va vouloir avancer encore et encore.

Puis, on va se retrouver quelques mois plus tôt en plein Reykjavik et on va comprendre ce qu’il s’est passé pour Una. Affrontant bien des difficultés, elle a tout simplement décidé de tout quitter suite à une petite annonce qui offre un poste d’enseignant au bout du monde. Bon, soit elle va hésiter et nous allons nous aussi nous poser des questions sur sa décision. Doit-elle vraiment y aller ? Est-ce qu’elle fait bien de tout quitter ? Où est Skalar dont elle n’a jamais entendu parler ? Comment ça se passe à Skalar ? Ses amis et sa famille lui ont promis de venir lui rendre visite, mais viendront-ils vraiment ?

Nous allons finalement suivre Una qui va arriver à Skalar, un petit village perdu au milieu de tout, comme noté dans l’annonce. Elle aura juste deux élèves car il y a ni plus ni moins que dix habitants dans le village. Les deux filles sont très différentes l’une de l’autre et c’est ce qui va faire la force du roman, car on va pouvoir découvrir leur caractère peu à peu, au fur et à mesure des enseignements de Una.

Il y a ces passages en italique entre la vie d’Una et des autres habitants du village qui vont nous intriguer et encore une fois, on va se poser énormément de questions sur là où l’auteur veut nous entrainer et sur lesquels nous seront éclairés petit à petit.

Revenons à Skalar et à Una car, très vite, on va se rendre compte qu’il y a un côté fantastique très agréable à ce roman. J’ai aimé la façon dont il était amené avec cette maison hantée où Una va vivre. Una est-elle en train de rêver ou de devenir folle ? Ces choses se passent-elles vraiment ? Telle est la question ! 

Ensuite, survient le drame une des fillettes à qui Una faisait la classe perd la vie de façon étrange et là, on va chercher à comprendre ce qu’il s’est passé. Cette mort arrive assez tard dans le roman, mais ça ne m’a en aucun cas dérangée, car avant ça, l’auteur pose les bases qui rendent déjà l’histoire assez angoissante.

Ce roman fait, en effet, froid dans le dos de par son univers enneigé, mais aussi de par son côté oppressant et fantastique. Les habitants ne sont pas nets non plus, on va se mettre à tous les suspecter et comprendre qu’ils ont leurs secrets, on va continuer à se poser des questions sur tout et sur tout le monde et c’est vraiment un régal.

Bref, si vous aimez les univers qui font froid dans le dos, le dépaysement et les secrets, foncez chez votre libraire dès aujourd’hui pour vous procurer ce roman.

Note : 4 sur 5.

J’ai lu ce roman pour le numéro 4 du Bingo littéraire d’Hylyirio dont la consigne était de lire un livre dont la couverture rappelle l’hiver.

Publié par :L'antre du bonheur

Booktubeuse, blogueuse, amoureuse des mots. Lectrice de romans en tout genres, de mangas et de bandes dessinées :)

3 commentaires sur “Dix âmes, pas plus de Ragnar Jonasson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s