Hey hey les geekos, aujourd’hui est une journée chargée en thrillers et, cette fois-ci, on se retrouve avec Le cercle de Finsbury de B.A. Paris qui sort aujourd’hui chez Hugo Thriller.

Alice croyait avoir trouvé la maison de ses rêves…

Quand Léo et elle emménagent au Cercle de Finsbury, une résidence haut de gamme en plein Londres, la jeune femme est persuadée de prendre enfin un nouveau départ. Et tant pis si les choses sont allées un peu vite avec Léo et si celui-ci a pris en charge leur emménagement sans véritablement la consulter. La maison est parfaite, la résidence idéale, et les voisins semblent si accueillants !

… Mais ce fut celle de ses pires cauchemars.

Lorsqu’Alice apprend que Nina, qui vivait dans la maison avant qu’ils n’emménagent, y a été sauvagement assassinée, le vague sentiment d’insécurité qu’elle ressentait jusqu’alors se transforme en peur, puis en terreur. Une présence étrange semble hanter les murs et ni Léo, qui semble lui cacher beaucoup de choses, ni les voisins, qui consacrent le plus clair de leur temps à s’épier les uns les autres, ne la rassurent.

Et puis l’on passe bien trop facilement d’une maison à l’autre, à l’intérieur du Cercle, pour pouvoir y dormir en paix.

le cercle

B.A. Paris est une autrice que je voulais découvrir depuis un moment. Eh bien voilà qui est chose faite avec ce tout nouveau roman et je ne suis pas déçue, car j’ai passé un bon moment en compagnie de la plume de l’autrice. Soit, il ne faut pas s’attendre à des meurtres à répétition, à du glauque et à du sang à volonté, car nous sommes ici dans un thriller domestique, mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier, même si c’est un style que je lis beaucoup moins.

On commence avec un prologue écrit en italique. Nous sommes dans le cabinet d’un psychothérapeute qui reçoit une de ses patientes. Nous avons beaucoup de descriptions de la patiente et du cabinet et nous suivons leur discussion. Notre thérapeute pose une question à sa patiente « Savez-vous ce que disait Henry David Thoreau ? » et la réponse est une magnifique citation que j’ai beaucoup aimée et que j’ai trouvée tellement vraie: « Le bonheur est comme un papillon, plus on le poursuit et plus il nous échappe. Mais si l’on s’intéresse à autre chose, alors il vient se poser doucement sur notre épaule. »

Ensuite, vient le premier chapitre. Nous suivons l’emménagement de Léo et Alice à Londres, au Cercle Finsbury, une résidence où tout est calme. Mais ce calme ne va pas durer, je vous rassure. Sinon à quoi bon lire un thriller ? Alice découvre visuellement ses voisines et voisins tout en rangeant ses cartons, elle ne peut s’empêcher de regarder par la fenêtre. Ce roman est raconté à la première personne du point de vue d’Alice. Du coup, on a l’impression que c’est elle qui nous fait les descriptions des lieux et nous pouvons nous les imaginer sans soucis. Les descriptions sont vraiment au top, que ce soit le décor ou les autres protagonistes, on a l’impression de tout visualiser.

Petit à petit, Alice et Léo vont faire la connaissance de leurs voisins en commençant par Maria. Mais Alice va se rendre compte que Léo n’est très enthousiaste à l’idée de faire la rencontre de leurs voisins et que Tasmin, dont nous allons faire la connaissance petit à petit, est aussi assez distante. Alice entend certaines paroles qui font mal et, tout comme elle, nous cherchons à comprendre pourquoi Léo et Tasmin ont ce comportement. Finalement, Alice et Léo reçoivent leurs voisins et tout se passe plus ou moins bien… sauf pour ce mystérieux individu qui n’était pas invité à la fête et qui n’a fait qu’y passer. On se pose déjà énormément de questions et l’autrice nous en rajoute !

À part les questions qui nous trottent dans la tête autant que dans celle d’Alice, tout se passe bien pour notre couple. L’autrice nous explique même à un moment comment ils se sont rencontrés. Enfin, c’est le début et ce n’est pas trop long, c’est juste le temps de faire connaissance avec tous nos protagonistes et après tout démarre. L’autrice distille crescendo et avec brio un peu de suspense dans l’histoire pour que le lecteur puisse avoir envie de continuer et puisse toujours se poser plus de questions. Enfin, vient la révélation principale. Dans la charmante maison qu’Alice et Léo occupe, il y a eu un meurtre. Alice ne savait rien de ce meurtre avant d’emménager et se renseigne pendant que Léo travaille et elle découvre que lui le savait mais qu’il voulait à tout prix cette maison-là, du coup il lui a caché.

Et c’est là que tout va commencer, on va se mettre à douter de Léo avec Alice et on va lui en vouloir. D’autant plus que certaines choses vont énormément perturber Alice et on ne peut que la comprendre. L’autrice va nous montrer qu’un mensonge peut en cacher bien d’autres et qu’il peut détruire un couple à jamais. Alice n’arrive plus à faire confiance à Léo même après avoir discuté avec lui. Elle s’imagine tellement de choses et, nous aussi, on pense même avoir trouvé qui a assassiné Nina dans leur maison. Et puis, tout comme Alice, on va se mettre à suspecter tout le monde et on va s’imaginer que n’importe qui peut être l’assassin. On va découvrir des choses chez l’un et chez l’autre qui peuvent le rendre suspect et on va devenir méfiant. L’autrice va nous mener en bateau, nous mener vers une piste puis l’autre et on va émettre des milliers d’hypothèses.

Bon, il faut avouer que la rencontre de Thomas, le détective privé, va aider à nous mettre sur des fausses pistes avec Alice. C’est le seul en qui on a confiance, car il est vraiment là pour aider notre protagoniste principale. Il va lui rendre visite pour l’aider dans son enquête, car Alice est décidée à aller jusqu’au bout et à prouver que ce n’est pas Oliver qui a tué sa femme, Nina. Alice et Thomas sont tellement motivés que nous les suivons avec beaucoup d’entrain et nous voulons nous aussi savoir. Sans compter qu’Alice pense recevoir des visites nocturnes… Elle n’en est pas certaine jusqu’à ce qu’on ait la confirmation que quelqu’un rentre tous les soirs chez elle pendant qu’elle dort. Voilà un mystère de plus à résoudre, même si on se doute qu’il est lié à l’assassinat de Nina. Et puis, nous arrivons à la révélation finale et là, j’avoue que je suis restée bouche bée tant j’ai été scotchée par ce dénouement, j’ai tout imaginé sauf ça. L’autrice m’a complètement bluffée.

Si j’ai réussi à convaincre, n’hésitez pas à foncer en libraire dès aujourd’hui ou à cliquer ici.

Publié par :L'antre du bonheur

Booktubeuse, blogueuse, amoureuse des mots. Lectrice de romans en tout genres, de mangas et de bandes dessinées :)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s