Le premier combat de boss dans le RPG old-school Pathfinder : Wrath of the Righteous est le menu de création de personnage. Il est aussi intimidant que n’importe quel démon à plusieurs membres que vous affronterez. Et c’est parti pour l’aventure ! !!!

Vous avez le choix entre 25 classes, certaines subdivisées en une demi-douzaine d’archétypes. Il y a des classes de prestige que vous ne pouvez pas choisir tant que vous n’avez pas atteint le niveau supérieur et rempli certaines conditions, qui apparaissent de toute façon lors de la création du personnage au cas où vous voudriez planifier votre construction autour d’une seule. Vous choisissez également une race, un héritage racial, une origine, une religion, des compétences, des exploits et peut-être un compagnon animal, qui obtient sa propre classe, ses compétences et ses exploits.

À la fin de ce processus, vous pourriez bien vous retrouver avec un personnage totalement inadapté pour obtenir ce que vous voulez de Wrath of the Righteous et, plusieurs heures plus tard, vouloir recommencer ou vous respécialiser.

Pathfinder Wrath of the Righteous (2)

Votre personnage, qu’il s’agisse d’un cavalier sanguinaire avec un smilodon de compagnie, d’un chevalier demi-elfe qui charge dans la bataille sur un chien, ou simplement d’un elfe qui est un sorcier – c’est cool aussi – est parti en croisade contre les démons de la peste mondiale. Ces démons ont traversé un trou dans la réalité il y a des années et n’ont cessé de semer la pagaille depuis. Vous finirez par devenir le commandant de la croisade et un héros mythique doté de pouvoirs incroyables.

Cela se passe dans un RPG isométrique qui évoque si puissamment Baldur’s Gate que parfois je me promène au gré du vent et j’ai l’impression d’être sur la Côte des Épées. Si vous avez joué à Pathfinder : Kingmaker, l’effet vous sera familier, bien que ce ne soit pas une suite de Kingmaker et qu’il s’agisse en fait d’une meilleure introduction aux règles de Pathfinder. Le développeur Owlcat Games a appris que les pop-ups de tutoriel sont une bonne chose, et les boîtes de texte vous préviendront si vous équipez des objets avec des bonus qui ne s’empilent pas ou si vous gâchez les règles obscures du RPG de table sur lequel il est basé.

Bien que ces pop-ups soient désireux d’aider au combat et à la mise à niveau, ils deviennent plus clairs une fois que vous avez des armées entières à gérer.

150761

Cette couche stratégique est un gain de temps important et exigeant. Vous devez, tour après tour, grignoter des unités représentant des centaines de soldats.

En plus de gérer la croisade, vous vous retrouvez à gouverner plusieurs régions de la carte dans une version du système de gestion de royaume de Kingmaker. Cependant, il n’y a pas le flux constant de désastres de ce jeu à gérer, et les bâtiments que vous plantez dans les colonies sont plus utiles, ce qui est une nette amélioration. Dans Kingmaker, la plupart d’entre eux ressemblaient à des pièges pour que les nouveaux joueurs gaspillent leurs ressources. Autre amélioration : lorsque vous décidez du décret à prendre, qu’il s’agisse d’organiser une parade pour remonter le moral des troupes ou de sacrifier quelques centaines de soldats dans une expérience magique, les résultats sont clairement définis. Vous ne tomberez pas dans l’une de ces spirales mortelles de fin de jeu auxquelles conduisait l’opacité de Kingmaker.

ss_ec8cb75764f8896d6c8ff11407ccaa3e4c39d184.1920x1080

Les quêtes secondaires ont des résultats surprenants, et le scénario principal vous emmène dans des villes assiégées, des friches où il pleut du sang, et même l’Abyss lui-même.

Ensuite, il y a quelques bugs. Bien que je n’en ai pas vu beaucoup dans les premiers chapitres, plus tard, ils étaient fréquents. Les personnages se sont retrouvés coincés du mauvais côté des portes lorsque le combat a commencé, tout le groupe a été téléporté dans le sol ou les murs, j’ai dû recharger une ancienne sauvegarde car un pont mobile a cessé de bouger et m’a bloqué.

Après quelques correctifs supplémentaires, Wrath of the Righteous vaudra bien votre temps. Il s’agit d’un jeu énorme, facilement plus de 100 heures, dans lequel vous prenez un héros méticuleusement conçu, le jetez dans un hachoir à viande de guerre, de politique et de voyages.

(jeu en sous-titres français)

Publié par :heavy84

Collectionneur, Youtubeur, Joueur de Jrpg, Rpg, Jeux de sport mécanique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s