The Gallery  est issu d’une équipe qui a déjà fait ses preuves dans le genre. Il est réalisé par Paul Raschid, également derrière Five Dates  et  The Complex.

Ces deux jeux sont complètement différents : l’un concerne les rencontres en ligne et l’autre concerne une attaque à l’arme biologique contre Londres. En termes d’échelle,  The Gallery  se situe quelque part au milieu : il s’agit d’un conservateur d’art retenu en otage dans sa propre galerie.

Eh bien, pour être clair, il s’agit en fait de deux  conservateurs d’art pris en otage dans leur propre galerie. Vous voyez, le jeu a une accroche unique qui la distingue des autres : il s’agit de deux récits en un, racontés à 40 ans d’intervalle. Le premier se déroule en 1981, le second – un récit parallèle – se déroulant en 2021. Alors que les deux histoires se déroulent uniquement dans la galerie titulaire juste à l’extérieur de Londres, elles brossent un tableau plus large d’une période de troubles civils en Angleterre.

Le récit de 1981 a 12 fins, en fait, le récit de 2021 en ayant six. Cela fait beaucoup de rejouabilités potentiels. Que vous vouliez réellement jouer autant de fois pour débloquer toutes les fins est une autre histoire – naturellement, cela signifie beaucoup de répétitions – mais c’est bien d’avoir l’option. Et les options de dialogue fréquentes donnent l’impression qu’il y a des divergences assez importantes dans le récit selon les choix que l’on fait. Dans certains cas, qui vit et qui meurt.

Les histoires  présentées par The Gallery  sont intéressantes, mais peut-être pas aussi excitantes qu’une histoire sur une prise d’otage devrait l’être. C’est parfois un peu lent, et sa fixation sur l’art ne résonnera probablement pas chez tous les joueurs. Il est au moins très bien joué et produit (mis à part quelques effets spéciaux nuls), avec un casting jonché de visages familiers. Mais encore, nous avons constaté que nous ne pouvions pas vraiment nous soucier de l’un des personnages. Les deux récits pressent des personnages secondaires qui obtiennent un temps d’écran très limité, et il est difficile de comprendre comment – ​​ou pourquoi – ils ont une réelle pertinence pour le récit.

Malgré ses défauts, il est indéniable que  The Gallery  est bien fait, et Paul Raschid continue de consolider sa position de leader dans l’espace FMV. Nous n’avons peut-être pas autant apprécié cela que ses autres projets en raison de son rythme parfois lent, et son accent sur l’art ne sera pas du goût de tout le monde. Mais en termes de valeurs de production, c’est difficile à critiquer. Et cela nous laisse intrigués de voir sur quoi Raschid travaille ensuite.

Publié par :heavy84

Collectionneur, Youtubeur, Joueur de Jrpg, Rpg, Jeux de sport mécanique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s