Lorsque Escape a développé le premier Wonder Boy, nous ne savions pas que la franchise allait devenir l’une des plus labyrinthiques de l’histoire des jeux vidéo. Il y a toute une histoire à raconter sur les multiples incarnations de Wonder Boy / Adventure Island, mais aujourd’hui, je ne vais parler que des quatre titres qui composent le petit paquet soigné qu’est Wonder Boy Collection.

Tout aussi surprenant que la manière alambiquée de Tom Tom / Master Higgins dans le futur, c’est le fait que la première suite, également incluse ici, a apporté un hybride RPG d’action sophistiqué pour l’époque – dans l’arène des machines à sous. Wonder Boy in Monster Land est un autre excellent titre qui résiste bien aujourd’hui. Vous jouez une incarnation adolescente de Tom Tom qui délaisse désormais l’esthétique de l’homme des cavernes pour un style médiéval fait d’épées et d’armures alors qu’il cherche à abattre un dragon maléfique qui a fait du mal à son peuple.

Cette fois-ci, la plate-forme est toujours linéaire, mais plus mesurée et plus lente. Tuer des ennemis génère des pièces qui peuvent être utilisées pour améliorer des armes et des armures, ainsi qu’une sélection d’objets magiques, dans les magasins disséminés dans le paysage, gérés par une galerie de créatures anthropomorphes. Il y a beaucoup de zones secrètes et de trésors à découvrir, ainsi que des pièges surprenants. Il a le même charme massif et audacieux que le premier opus de Tom Tom. Mais c’est une expérience complètement différente du jeu qui l’a précédé, et cela aurait été un terrain de jeu inhabituel pour les propriétaires d’arcade à l’époque étant donné que même un nouveau venu en aurait beaucoup plus pour son argent que la plupart des autres bornes. Vous pouvez voir pourquoi l’excellent port Master System était une maison idéale pour cela, et l’avoir ici sur les consoles de notre génération, nous donne une belle madeleine.

Les deux autres jeux du coffret font double-emploi avec la plate-forme RPG. Wonder Boy in Monster World est la magnifique suite de Mega Drive / Genesis de 1991, qui joue comme une version légèrement plus complexe et renforcée de Monster Land. J’ai adoré celui-ci quand j’étais jeune et c’est tout aussi amusant que dans mes souvenirs. Avec le phénoménal Wonder Boy III : The Dragon’s Trap, c’est l’un des premiers proto-Metroidvanias de son époque et il tient bien la route.

Le dernier, mais non des moindres, est Monster World IV – un titre qui jusqu’à la sortie de la console virtuelle en 2012 n’était disponible qu’au Japon. Avec son script sciemment sarcastique, ses visuels étonnants qui auraient poussé le matériel Sega 16 bits à ses limites et sa sympathique héroïne (d’où la suppression du titre Wonder Boy cette fois-ci), c’est un autre joyau, mais qui ne surpasse pas Monster World, le meilleur du quatuor. Bien sûr, il a de nouveaux mouvements d’armes et l’introduction d’un compagnon mignon, mais il est également beaucoup plus facile que ses ancêtres et trop linéaire pour permettre aux nerds de plate-forme curieux comme moi d’explorer et de découvrir des choses secrètes.

Ces quatre jeux représentent quelques heures de jeu rétro classique pour votre argent, même si trois d’entre eux sont un peu identiques. Ils sont tous émulés de manière impeccable avec la sélection habituelle d’options d’écran, les états de sauvegarde et une fonction de rembobinage et d’avance rapide. Si vous pouvez vous le permettre, procurez-vous cette version. Si vous ne le pouvez pas, c’est une jolie petite tranche d’histoire qui vaut la peine d’être achetée.

Publié par :heavy84

Collectionneur, Youtubeur, Joueur de Jrpg, Rpg, Jeux de sport mécanique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s