Hey hey les geekos, on se retrouve pour aujourd’hui pour parler thriller avec « L’évangile de la colère » de Ghislain Gilberti aux Éditions Hugo Thriller.

Au commencement, il y eut un enfant.
Le petit Gabin Schwartz. Six ans. Son corps retrouvé dans un parc. Exsangue.
Puis ce fut un agriculteur. Enterré vivant. Son index désignant le ciel.
Puis un marchand ambulant, écrasé sous son stock.
Sale baptême du feu pour Seth Kohl, le chef du groupe chargé de l’enquête à la Brigade criminelle du SRPJ de Versailles. Comment avancer quand rien ne relie les victimes entre elles ?
Alors que les corps s’accumulent, un lien se dessine enfin, inattendu, fragile et incomplet : le tueur pourrait bien s’inspirer des Danses macabres, ces fresques que l’on retrouve dans les vieilles églises, ou dans les bibliothèques des collectionneurs.
Mais chaque série de tableaux est différente. Laquelle est la bonne ? Le temps presse, et Seth Kohl est assailli par ses propres démons, qui l’invitent eux aussi à quelques pas de danse avec la mort…

l'évangile de la colère

 #LÉvangiledelacolère #NetGalleyFrance

Il y a un moment que je voulais découvrir cet auteur. J’entendais et lisais tellement de bien de sa plume qu’il fallait que je me lance et j’ai profité de cette sortie pour enfin sauter le pas. Mais pourquoi ai-je attendu aussi longtemps pour découvrir cette plume qui m’a foutu une sacrée claque ? D’ailleurs, je remercie Jérôme du compte instagram jeje_bouquine pour cette lecture commune improvisée.

Ce roman commence par une petite introduction de l’auteur qui nous explique que peu importe si on l’a déjà lu avant ou pas, on peut lire « L’évangile de la colère » indépendamment de ses autres romans. Certes, il y a un personnage secondaire d’un autre roman dans l’histoire, mais ceux qui découvrent la plume de l’auteur, comme ça a été mon cas, ne seront en rien gênés. Pour les autres, vous serez sans doute ravis de retrouver le personnage en question, je vous laisse découvrir.

Passons à l’histoire en elle-même. Ce thriller débute très fort avec un prologue qui nous présente Seth Kohl, surnommé le zombie et notre personnage principal. J’ai adoré découvrir cet homme torturé et on va découvrir petit à petit tous ses démons. Quel bonheur ! La façon dont l’auteur nous décrit ce protagoniste, mais aussi les autres, qu’on va croiser tout au long du roman est juste magistrale. J’ai adoré cette façon bien particulière qu’à Ghislain Gilberti de décrire les personnages. D’ailleurs, je ne vous en dirai pas plus, je vous laisserai les découvrir par vous-même.

On est ici en plein thriller psychologique et si vous aimez ça, vous allez être servis. Mais il n’y a pas que ça, car niveau révélations et rebondissements, vous ne serez pas en reste non plus. La plume de l’auteur est tellement entraînante et addictive que vous n’allez pas voir les pages se tourner et que vous ne saurez pas vous arrêter. Il n’y a aucun temps mort, ne vous attendez pas à pouvoir reprendre votre souffle, ce sera impossible, vous serez soufflés du début à la fin. On est dans un roman coup de poing qui ne manque pas de rythme ni de nervosité.

On va être confrontés à un tueur en série complètement illuminé, barré et on ne peut plus atypique. Les qualificatifs qu’on pourrait utiliser sont tellement nombreux ! On alterne les chapitres entre plusieurs personnages et, à travers certains de ces chapitres, on retrouve les pensées de notre tueur et on se rend compte à quel point il est loin et cela fait partie des points forts de ce roman. D’ailleurs, les pensées du tueur nous permettent très vite de comprendre le pourquoi du titre de cet ouvrage.

On va se retrouver face à plusieurs scènes de crimes et quand on pense avoir tout vu, il y en a encore et les enquêtes vont nous faire découvrir des familles torturées tout comme notre personnage principal. Attendez-vous à des scènes bien sombres, car l’auteur a décidé qu’il n’épargnerait ni ses personnages, ni ses lecteurs. Les thèmes abordés au fil des pages se fondent dans l’histoire et ils le sont avec tellement de justesse. Quant à la résolution finale des meurtres, elle est juste magistrale, il n’y a pas d’autres mots.

On arrive à la fin de ce roman le souffle court et pourtant, on en redemande tant la plume de l’auteur est magistrale. J’ai tourné la dernière page en pensant « Ça, c’est un putain de thriller, j’en veux encore. » Les mots ne suffisent pas pour vous exprimer l’intensité que j’ai ressentie au cours de ma lecture. Même une note serait trop peu, car j’aimerais tant pouvoir mettre un 6/5 à ce roman, tant il m’a pris aux tripes.

Bref, si vous cherchez un thriller qui va vous tenir en haleine et un auteur à la plume atypique, c’est le moment de découvrir « L’évangile de la colère ». Foncez chez votre libraire ou cliquez ici.

Note : 5 sur 5.

J’ai lu ce roman dans le cadre du bingo littéraire d’Hylyirio et il entre dans la catégorie 6 qui est de lire un thriller psychologique.

Publié par :L'antre du bonheur

Booktubeuse, blogueuse, amoureuse des mots. Lectrice de romans en tout genres, de mangas et de bandes dessinées :)

2 commentaires sur “L’évangile de la colère de Ghislain Gilberti

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s