Acteurs Principaux

Ryan Gosling
Rachel McAdams
James Garner

Année

2004

Durée

2h03

D’après le roman Les pages de notre Amour de Nicholas Sparks.

Synopsis

Pour aider une femme âgée atteinte de démence sénile dans une maison de retraite, un vieil homme, Duke, lui lit tous les jours le même livre. Il lui lit l’histoire de deux jeunes gens, Noah Calhoun et Allie Hamilton qui, dans les années 1930, tombent amoureux l’un de l’autre sur fond de ségrégation de classe.

Avis

Au commencement de ce film, nous nous prenons d’affection pour le vieil homme Duke (James Garner) qui raconte une très jolie histoire à une patiente atteinte de démence. Ces deux personnes âgées sont très touchantes. 

Duke embarque cette vieille dame (Gena Rowlands) et les spectateurs dans l’histoire d’Allie (Rachel McAdams) et Noah (Ryan Gosling). 

Nous faisons un retour dans les années 1930 où nous rencontrons Noah qui tombe littéralement sous le charme de la jeune Allie. Nous sentons beaucoup de réticences, mais ce qui arrive par la suite est vraiment risible

Encore une fois, dans les récits de Nicholas Sparks, il est question de romance, mais il y a toujours ce côté dramatique qui ressort et dans ce film, ça ne déroge pas à la règle. 

L’histoire de ces deux personnages est à la fois touchante et très triste. Nous nous prenons d’affection pour les deux protagonistes qui par leur différence sociale et financière sont attachants chacun à leur manière. Ces derniers ont une fierté sans précédent, mais restent adorables

Il y a deux personnages en particulier que nous n’arrivons pas à supporter, les parents d’Allie, Anne (Joan Allen) et John (David Thornton). La mère est mesquine, énervante à souhait, on la déteste littéralement. Quand nous voyons jusqu’où elle est prête à aller, nous avons envie de vomir. Mais par la suite, nous venons à comprendre pourquoi elle est comme ceci et ça allège tout de même un peu nos ressentiments envers elle. 

Nous voyons au travers de ce film romantico-dramatique que rien n’est simple. La tristesse prend souvent le dessus sur les moments de bonheur

Les décors sont sublimes, comme le moment du lac avec les canards blanc. C’est un passage magnifique et féérique à la fois, digne d’une très belle romance.

En parallèle, Duke n’abandonne pas son récit jusqu’à la fin et, au fur et à mesure que nous avançons dans l’histoire auprès de cette femme, nous comprenons qui est cette personne et là, nous sommes encore plus touchés et émus de voir comment tout cela se déroule. 

La fin est merveilleuse, mais très triste aussi.  

En Bref

Voici une merveilleuse histoire, aussi bien tendre et touchante, que triste et troublante

Les acteurs sont vraiment parfaits dans leurs rôles respectifs et les décors sont sublimes

Encore une fois, nous ne sommes pas déçus des films tirés des romans de Nicholas Sparks, c’est toujours un régal et celui-ci encore plus que les autres. 

Publié par :Meli

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s