Une chose que j’apprécie à propos de la franchise Atelier et de Blue Reflection est le ton, l’apparence et la direction artistique. La plupart des RPG que je teste insistent sur des contrastes forts, des concepts et des décors sombres et des situations désastreuses. Cependant, les deux séries utilisent des pastels brillants avec une vision du monde tout aussi lumineuse et optimiste. Cela ne veut pas dire que l’une ou l’autre des séries est complètement dépourvue de négativité, juste qu’elles offrent aux joueurs des options indispensables, c’est pourquoi j’étais enthousiasmé par Blue Reflection: Second Light . 

BLUE REFLECTION: Second Light_20211030193455

L’original avait beaucoup de bonnes idées, il a juste poussé dans trop de directions. Avec les erreurs précédentes à l’esprit et un nouveau concept, Blue Reflection : Second Light est-il un pas dans la bonne ou la mauvaise direction ?

Blue Reflection: Second Light commence par un ton étrangement sombre. Le personnage du joueur, Ao, se promène dans sa ville en réfléchissant à la réalité d’être une « fille totalement ordinaire », contrastée par son désir profond d’être, comme elle le dit, quelqu’un. C’est un sentiment qui se démarque probablement davantage avec l’état du monde du premier opus. Alors qu’elle devait passer ses vacances d’été à l’école, elle se retrouve dans un monde fantastique rempli de mystère.

BLUE REFLECTION: Second Light_20211102103057

Ao et son groupe grandissant de compagnons, se retrouvent sans souvenirs de leur vie d’avant. Si cela n’est pas assez étrange, ils ont un anneau mystérieux qui leur donne des armes puissantes et des transformations en armure, nécessaires pour combattre les différents monstres qui affligent ce monde étrange.

BLUE REFLECTION: Second Light_20211102095835

Au lieu de se concentrer sur la situation, Blue Reflection: Second Light est vraiment une aventure axée sur les personnages. L’histoire commence par une certaine accoutumance à la situation, avec un bref prologue servant d’introduction aux joueurs, avant de lancer l’intrigue. Tout au long de l’aventure, les joueurs devront renforcer leur confiance et leur relation avec les différentes autres filles coincées là-bas afin d’augmenter leur pouvoir ou simplement de se dresser contre le nombre écrasant de menaces.

BLUE REFLECTION: Second Light_20211102103737

Une partie de l’idée est de donner à chacune des filles son propre archétype qui peut se rapporter au groupe. Puisque chacune des filles doit travailler ensemble si elles veulent résoudre ce mystère, cela leur donne un objectif commun qui leur permet de s’unifier sous divers besoins qui n’existeraient peut-être pas autrement.

BLUE REFLECTION: Second Light_20211030065457

Quant à l’histoire principale, elle est plus émotionnelle. Le récit de base est touchant pour ceux qui s’investissent dans les personnages, leurs lacunes et les leçons apprises, même s’il n’épatera tout simplement personne. Des choses similaires peuvent être dites à propos du gameplay aussi.

BLUE REFLECTION: Second Light_20211030065148

À bien des égards, le gameplay n’est pas très loin de ce que vous attendez d’Atelier. Il y a un monde quelque peu ouvert à explorer, avec des monstres et des ressources éparpillés. De nombreuses missions, demandes de personnages et autres impliquent la collecte de matériaux et la fabrication de quelque chose. L’un des premiers est un sandwich, plus tard il y a une bâche pour colmater les fuites dans l’école et ça continue comme ça, tout au long du jeu.

BLUE REFLECTION: Second Light_20211102104059

Les combats fonctionnent de la même manière. Ao peut attaquer pour l’initiative, car il s’agit d’un RPG au tour par tour modifié. Les joueurs peuvent configurer leurs compagnons pour les attaquer automatiquement ou les contrôler, bien qu’avec une attaque automatique, vous avez toujours la possibilité de prendre le relais quand c’est leur tour, les attaques étant dictées par la quantité d’éther qu’ils ont chargée (cela augmente passivement avec le temps). Initialement, les joueurs maximisent avec une seule attaque, avec des mouvements plus puissants et une croissance potentielle plus importante au fil du temps.

En plus de donner des attaques plus puissantes, les ennemis s’appuient sur des concepts assez rudimentaires. Les joueurs peuvent renverser un ennemi, lui faisant perdre tout l’éther collecté, ce qui offre un avantage considérable au combat. Il existe également un système de transformation qui offre des attaques/capacités plus puissantes. Les attaques répétées créent également des combos, donnant aux joueurs un modificateur de dégâts, les ennemis ayant reçus des attaques qui peuvent les réinitialiser et les joueurs acquérant des capacités pour contrer ladite réinitialisation. Naturellement, la plupart des batailles seront plutôt simples, la plupart des boss nécessitant des tactiques plus approfondies.

BLUE REFLECTION: Second Light_20211030070814

Malheureusement, en dehors du combat normal, il existe une mécanique furtive plutôt inutile. Lorsque certains ennemis sont trop puissants, les joueurs doivent regarder leur champ de perception et les éviter. Ceux-ci sont souvent plutôt limités, comme si vous vous cachez derrière une boîte ou empruntez un chemin spécifique, ce qui les rend tout simplement inutiles.

BLUE REFLECTION: Second Light_20211101124100

Comme je l’ai évoqué en début d’article, Blue Reflection: Second Light fait beaucoup en termes d’esthétique. Non seulement, chacune des filles se démarque à sa manière, mais le monde lui-même repose également sur des couleurs vibrantes.  Le jeu est surtout très animé, cela est particulièrement vrai lorsque vous effectuez des actions spécifiques, qu’il s’agisse de préparer de la nourriture ou même de ramper sous un bâtiment. Beaucoup de travail a été consacré à la création de ces sections et cela se voit d’une manière où je pouvais facilement voir les joueurs les regarder plusieurs fois.

BLUE REFLECTION: Second Light_20211030071713

Blue Reflection: Second Light fait un bon travail en s’appuyant sur ce qui a fonctionné dans la première aventure. C’est mignon, les personnages sont charmants, avec des mécaniques assez profondes pour rendre le gameplay engageant. Ce n’est peut-être pas parfait, car les sections furtives sont assez inutiles, mais les fans du précédent ou de ce style de RPG l’apprécieront. 

Jeu testé sur Playstation 4 Pro (jeu en anglais)
Publié par :heavy84

Collectionneur, Youtubeur, Joueur de Jrpg, Rpg, Jeux de sport mécanique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s