Auparavant intitulé « Snake Eyes: G.I. Joe: Origins », car bien sûr, il sert d’histoire d’origine à l’un des personnages les plus aimés de GI Joe, ce film nous présente également une poignée d’autres personnages piliers. Réalisé par Robert Schwentke à partir d’un scénario écrit par le trio d’Evan Spiliotopoulos, Anna Waterhouse et Joe Shrapnel, le film sert de redémarrage et de réintroduction à la franchise.

Snake-Eyes-GI-Joe-Origins-Movie-Review

Et c’est en fait… OK ? Peut-être même assez bien, si vous inclinez la tête et louchez ?

Ce n’est rien de spectaculaire, mais comparé à la caricature à bas prix des opus précédents, c’est décent. Les performances sont étonnamment convaincantes, et bien que les séquences d’action soient un peu inégales, la vérité est que si vous voulez rebooter ce genre de franchise, vous pourriez faire bien pire que ce qu’ils ont fait avec « Snake Eyes ».

Nous commençons l’histoire il y a des années, dans les bois de l’État de Washington. Un jeune garçon regarde son père lancer des dés pour sa vie, mais il ne tombe que sur des yeux de serpent… Le garçon s’échappe, alors même que les mystérieux tueurs assassinent son père et incendient leur maison.

De nos jours, le garçon, maintenant adulte, est devenu un vagabond connu uniquement sous le nom de Snake Eyes (Henry Golding). Il erre de ville en ville, se battant dans des combats clandestins pour de l’argent jusqu’à ce que son talent se remarque et incite les gens à ne plus parier contre lui. C’est après l’un de ces combats qu’il est approché par Kenta (Takehiro Hira), un homme qui dit qu’il a une utilité pour un homme avec ce genre de talents.

Avant qu’il ne s’en rende compte, Snake Eyes travaille pour Kenta, l’aidant à faire passer des armes à feu et de la drogue à travers les docks de Los Angeles au nom des Yakuza. Mais lorsque Kenta exige que Snake Eyes tue Tommy (Andrew Koji), un voyou qui est devenu son ami, Snake Eyes refuse. Cela conduit à une bataille dans laquelle Snake Eyes sauve la vie de Tommy.

snake-eyes-gi-joe-origins-154228

Si vous n’avez pas deviné, il s’avère que Tommy est en fait le rejeton d’un puissant clan japonais. Le clan Arashikage est une organisation noble et vénérable, ayant passé des siècles à préserver l’ordre et à combattre le mal. Kenta, un cousin Arashikage, était jaloux et cherchait à prendre le contrôle du clan.

Bien sûr, il y a bien plus ici qu’il n’y paraît. Ce qui suit est une bataille pour le pouvoir, à la fois figuratif et littéral. On nous présente les forces de l’organisation terroriste Cobra – y compris la baronne mortelle et séduisante (Ursula Corbero) – et l’existence de la force de frappe antiterroriste G.I.Joes via l’agent d’élite Scarlett (Samara Weaving). Trahison après trahison,  Snake Eyes se retrouve pris entre deux feux, ne sachant pas à qui il peut faire confiance et si la vengeance vaut le prix qu’il pourrait finalement être forcé de payer.

« Snake Eyes » est un film d’action solide. Honnêtement, c’est bien mieux que ce à quoi je m’attendais. C’est plutôt bon. Pas génial, mais plutôt bon. Et il bénéficie du fait que, mis à part une certaine iconographie et une poignée de noms de personnages, il n’est pas complètement lié au grand mythe de G.I.Joe.

Publié par :heavy84

Collectionneur, Youtubeur, Joueur de Jrpg, Rpg, Jeux de sport mécanique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s