Sorti cette année sur Netflix, A Classic Horror Story est réalisé par Ricardo de Deo (déjà réalisateur du film Le domaine) et Paolo Strippoli.

Force est d’avouer d’entrée de jeu que le film ne ment pas sur ce qui vous attend en le visionnant. Le film est effectivement classique, piochant allègrement ses influences à gauche et à droite. Vous prenez une pincée d’idées provenant d’œuvres où les voyageurs sont isolés et à la merci de malades telles que La colline a des yeux, Massacre à la tronçonneuse ou encore Détour mortel, vous saupoudrez le tout de tueurs dont l’attitude menaçante est tout droit en provenance des slashers tels que Vendredi 13 ou encore Halloween, vous agrémentez de quelques épices provenant du film Le village et vous nappez pour finir de prises à la Motel et vous obtiendrez cette nouvelle production Netflix.

N’ayez cependant pas peur car toutes ces influences, bien que fort évidentes pour les amateurs de films d’horreur (et j’aurais pu en citer plein d’autres mais je me suis réservé aux plus communes), ne sont jamais indigestes. Certes, il arrive plus d’une fois que l’on se dise que tel ou tel plan est sorti tout droit de tel ou tel film plus ou moins culte, mais cela ne porte jamais ombrage au plaisir éprouvé.

228885391_371592680979629_8167733858562910629_n

Et tout cela est valable pour la première œuvre. Nous regardons donc tout cela d’un œil distrait, en s’amusant à prévoir ce qui va se passer et, après environ 1 heure de film, les premiers twists arrivent. Inattendus et efficaces, ils nous surprennent non pas par leur originalité mais par leur présence. D’autres influences arrivent et se greffent par-dessus celles déjà citées. Et le réalisateur réussit le tour de force de nous livrer un récit séduisant, allégorique par moments, dans ce dernier tiers.

Les acteurs sont tous convaincants dans leurs rôles respectifs et nous embarquent sans problème à leurs côtés. Mention spéciale à Matilda Lutz (Revenge) qui porte son personnage avec une crédibilité de tous les instants dans sa détresse et sa fragilité.

Pour conclure, voilà un film qu’il faut regarder dans son intégralité pour l’apprécier à sa juste valeur et se rendre compte qu’en fait, Netflix nous propose là une œuvre foncièrement originale dans son développement final.

Publié par :cryptboy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s