Notre monde en cache un autre, dominé par de puissants et dangereux monstres. Lorsque le Lieutenant Artemis et son unité d’élite traversent un portail qui les transporte dans cet univers parallèle, ils subissent le choc de leur vie. Au cours d’une tentative désespérée pour rentrer chez elle, l’intrépide lieutenant rencontre un chasseur mystérieux, qui a survécu dans ce monde hostile grâce à ses aptitudes uniques. Faisant face à de terrifiantes et incessantes attaques de monstres, ces guerriers vont devoir faire équipe pour se défendre et espérer trouver un moyen de retourner chez eux.

monster-hunter-review_4fpa

 – Mon avis –

Si « Monster Hunter » ne se déroule pas au même endroit que les jeux, alors comment Anderson justifie-t-il le titre du film ? Eh bien, avec des monstres, bien sûr. Et bien qu’ils soient rendus de manière assez convaincante, curieusement le film n’en présente pas une bonne variété – au mieux, il y a entre 5 et 6 monstres différents, entre Diablos et Nerscyllas, le Rathalos. Le monde de « Monster Hunter » semble vide, avec quelques créatures qui se promènent et rien d’autre – c’est un énorme contraste avec les jeux, qui parviennent à développer des mondes vraiment détaillés, pleins de petites histoires, différentes zones avec leur propre esthétique, et bien sûr, une quantité beaucoup plus importante de monstres ( au moins ils atteignent des chiffres à deux chiffres …)

135699

Milla Jovovich fait ce qu’elle peut avec son personnage plat, Artemis a moins de personnalité que les monstres du titre, mais c’est plus à cause de la façon dont le personnage est écrit qu’à cause de son travail. Jaa est gaspillé comme le Chasseur, mais vous pouvez dire à plusieurs reprises qu’il a fait un effort pour donner du charisme au personnage (qui, encore une fois, doit avoir été le protagoniste de l’histoire). L’équipe Alfa d’Artemis regorge de visages familiers qui, malheureusement, n’ont pas grand-chose à faire ici (ni TI, ni Meagan Good, ni Diego « Luis Miguel » Boneta ne durent longtemps), et le grand Ron Perlman se démarque comme l’Amiral, uniquement en raison de sa coiffure d’anime, car il a plus de lignes de dialogue que tous les soldats secondaires réunis. 

« Monster Hunter » est malheureusement tout ce que vous attendez d’un film de Paul WS Anderson en 2021: des effets spéciaux partout et presque incohérent, et avec peu de ressemblance avec les jeux dont il est censé s’inspirer. Ce qui est dommage, car il n’en a pas toujours été ainsi : l’Anderson d’aujourd’hui n’est pas l’Anderson qui a réalisé « Mortal Kombat », le toujours sous-estimé « Event Horizon », ou encore « Soldier », un cinéaste qui a compris les histoires de genre, et il a su générer une réponse viscérale et émotionnelle chez son public. L’Anderson de 2021 semble avoir été oublié de tout cela, ce qui donne des produits comme « Monster Hunter ». Et le plus triste à ce sujet, c’est qu’Anderson semblait être totalement sûr qu’il pourrait faire une suite (du moins c’est ce que suggère la fin de ce film ). Compte tenu des circonstances dans lesquelles il a fini par être publié, et bien sûr, au fait qu’il ait été mal reçu, je doute que ce soit le cas. Il faudra attendre l’inévitable reboot de « Monster Hunter », ensuite… pour voir si quelqu’un d’autre fait mieux .

Publié par :heavy84

Collectionneur, Youtubeur, Joueur de Jrpg, Rpg, Jeux de sport mécanique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s