Hey hey les geekos, on se retrouve aujourd’hui à nouveau avec un thriller. Il s’agit de « Qu’ils brûlent » de Chris Hammer aux Editions Fayard.

Cinq balles mortelles. Un acte effroyable. Plusieurs vérités.
 
À Riversend, une petite ville de l’Australie rurale terrassée par la sécheresse, un jeune pasteur charismatique et dévoué ouvre le feu sur ses paroissiens. Il tue cinq d’entre eux avant d’être abattu à son tour. Un an plus tard, Martin Scarsden arrive à Riversend, chargé d’écrire un article sur l’état d’esprit de ses derniers habitants à l’approche du premier anniversaire de l’horrible tragédie. Pour quelle raison le pasteur a-t-il eu cet accès de folie meurtrière  ? Quel est le lien avec l’assassinat de deux touristes allemandes retrouvées au fond d’un réservoir des Brousses – une vaste zone de terres incultivables située au nord de la ville  ?
Poursuivi par ses propres démons d’ancien correspondant de guerre, Martin se retrouve malgré lui mêlé à une enquête et une tempête médiatique sans précédent.

cover223160-medium

#Quilsbrûlent #NetGalleyFrance

Oui bon d’accord, encore une fois, j’ai été faible, il m’a suffit d’une couverture et d’un résumé pour me laisser tenter, mais comment résister ? Finalement, j’ai bien fait de craquer, car ce roman a été un coup de cœur.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce roman démarre de façon très sombre. imaginez-vous une petite ville où un jeune pasteur sans le moindre problème abat cinq personnes comme ça et qu’il se fasse tuer à son tour. Que demander de mieux pour démarrer une histoire ? On plonge directement dans l’ambiance de roman ! Est-ce que cette horreur va être expliquée ? Telle est la question ! Il va falloir, qu’un an plus tard, un journaliste débarque pour qu’une enquête démarre vraiment.

J’ai eu un coup de cœur pour le personnage de Martin Scarsden, qui est notre journaliste. J’ai aimé le suivre, j’ai été accrochée à ses moindres faits et gestes, je l’ai trouvé très humain et bienveillant quand il rencontre les habitants de cette communauté pour les besoins de son enquête, afin d’écrire son article. Bon, j’avoue que je n’aurais pas résisté à la chaleur à sa place, on ressent vraiment qu’il est écrasé par les températures qu’il doit supporter tous les jours tant les descriptions de l’auteur sont justes. On ressent également le traumatisme qu’il a vécu pendant ses années en tant que journaliste de guerre et ça nous donne envie de nous attacher encore un peu plus à lui.

On peut également s’imaginer ce petit village et ses habitants sans soucis, tant l’auteur nous les a merveilleusement décrits et c’est vraiment très agréable. Les personnages sont assez nombreux, mais jamais je ne me suis perdue entre eux, car ils sont tous très différents. Certains restent plus au second plan, tandis que d’autres deviennent des protagonistes principaux, mais ça ne m’a pas du tout dérangée, car j’ai surtout aimé découvrir Mandalay Blonde, la libraire de notre petit patelin (les descriptions de sa librairie m’ont fait rêver) et Fran Landers et sa supérette. Même si on sent que beaucoup des habitants ont des choses à cacher, on a l’impression que ce sont ces deux femmes qui cachent les plus gros secrets et on a envie d’avancer pour en savoir plus.

Il y a beaucoup de rumeurs sur le pasteur, on ne sait si elles sont vraies ou fausses au départ. Certains habitants les alimentent, d’autres les démentent et j’avoue que c’est hyper intrigant, car on a tellement envie de savoir qui dit vrai et ce qui est passé par la tête du pasteur. Qui est vraiment ce pasteur ? Est-il vraiment pasteur ? Et les deux touristes allemandes qui ont été retrouvées ? Y a-t-il un lien avec tout ça ou pas ? D’autres personnages sèment le doute dans notre esprit, l’auteur nous emmène sur des pistes et des questions. On s’en pose même plus que je n’en ai évoquées dans mon avis pour le moment.

S’il n’y avait que cette enquête et les deux allemandes, cette petite ville serait encore paisible, mais l’auteur a vraiment su ajouter des éléments qui nous emmènent dans l’horreur de Riversend. Nous allons également assister à des incendies et avoir l’impression d’être au milieu de ces feux de forêts, tout comme nous allons assister à un accident et réellement en ressentir la tension et les conséquences.

À un moment de l’histoire, l’auteur va énormément nous parler du métier de journaliste et des vautours toujours à l’affût du moindre fait. On va se demander pourquoi il nous mène sur cette piste, mais en faisant quelques recherches, on va tout à fait comprendre, car lui aussi a été journaliste.

Petit à petit, l’auteur va nous emmener vers des révélations que je n’ai pas vues venir et je n’ai pas eu un seul moment pour souffler tant j’étais prise dans ces découvertes et le malheur de cette petite communauté. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’auteur va arriver à nous surprendre et, plus d’une fois, à tel point qu’on va arriver à la fin sans s’en rendre compte et qu’on va être complètement bluffés par celle-ci.

Bref, une petite ville à la chaleur accablante et aux secrets bien dissimulés qui va nous prendre aux tripes.

Note : 5 sur 5.
Publié par :L'antre du bonheur

Booktubeuse, blogueuse, amoureuse des mots. Lectrice de romans en tout genres, de mangas et de bandes dessinées :)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s