Hey hey les geekos, on se retrouve avec un nouvel avis thriller, il s’agit de L’île interdite de James Rollins qui sort aujourd’hui chez Fleuve Noir.

Au large des côtes du Brésil, une équipe de scientifiques découvre une île où toute vie a été éradiquée par une espèce inconnue et extrêmement dangereuse. Avant d’avoir pu rapporter leur découverte, ils sont tous éliminés par une force mystérieuse. Seul un expert des créatures venimeuses en réchappe. Mais face à une espèce qui s’adapte à son environnement au risque de devenir de plus en plus incontrôlable, le commandant Gray Pierce et son équipe vont devoir affronter leurs plus grandes peurs pour éviter que le monde que nous connaissons soit entièrement détruit.

cover215857-medium

#Lîleinterdite #NetGalleyFrance

Ce roman est un peu différent des thrillers que j’ai l’habitude de lire et c’est ce qui m’a attirée, j’ai eu envie de sortir de ma zone de confort et de partir vers le côté un peu plus scientifique que la quatrième de couverture promet. Et puis, tant qu’à faire pourquoi ne pas s’évader au Brésil plutôt que de rester près de chez soi ? Bon, j’avoue que le côté apocalyptique m’a également attirée, c’est un genre qui me fait énormément envie en ce moment, allez savoir. En tout cas, la chose que je peux vous dire, c’est que je ne regrette pas d’être sortie de ma zone de confort, car, sans avoir eu un coup de cœur, j’ai passé un très bon moment de lecture. Si j’ai juste une petite chose a déplorer dans cet exemplaire service presse numérique, c’est que nous n’avons pas pu avoir les photos, comme les cartes au début du roman ou certaines choses qu’on a peut-être pu rater sans ces photos. Enfin bref, ce n’est qu’un détail et ce sont juste les exemplaires que nous avons reçu en service presse qui manquent de photos, rassurez vous, les vôtres seront complets.

Avant L’île interdite, il y a eu d’autres tomes écrits par l’auteur, ce roman fait donc partie d’une saga et, autant vous le dire, ça n’a en rien entaché ma lecture. D’ailleurs, si je ne l’avais pas vu, je ne m’en serais même pas rendu compte, ce qui veut dire que ce roman peut se lire tout à fait indépendamment des autres tomes sans créer la confusion pendant votre lecture. Après, je ne peux pas vous dire si vous allez vers un des opus précédents après avoir lu celui-ci, si vous saurez déjà des choses que vous n’auriez pas dû savoir. C’est une bonne question, vu que c’est la première fois que je lis James Rollins…

Et si on passait au roman ? Il est très bien fait en lui-même, nous commençons par une ou plusieurs cartes. Ensuite, nous avons des notes historiques qui vont nous permettre de découvrir certaines choses avant de commencer le roman, ce qui est très intéressant. Nous avons également des notes scientifiques qui vont nous amener vers les animaux qu’on pourrait rencontrer, c’est également très bien fait. Après, nous avons un prologue qui m’a complètement perdue, personnellement, je n’y comprenais rien et je me suis demandée plus d’une fois où l’auteur voulait nous emmener. Je vous avoue que je n’avais qu’une hâte, c’était d’arriver à la fin de ce prologue en espérant qu’une fois ce début passé, tout serait plus limpide. Mais, je vous rassure, très vite, nous comprenons mieux les faits.

Attention aux phobiques de certains animaux, vous risquez de vous faire peur. Ce roman m’a donné des sueurs froides, mais, en même temps, j’ai aimé ça. Oui, je dois être un peu dérangée ! Une fois le prologue passé, nous sommes à Washington D.C. et la première phrase que nous lisons c’est  « Prenez garde aux rats, prévint James Reardon à l’entrée du tunnel ». Il ne m’en a pas fallu plus pour les sentir m’attaquer les pieds !

Le roman se divise en plusieurs parties et le titre de chacune de ces parties va vraiment nous permettre de savoir où nous mettons les pieds, je trouve ça très agréable. Nous allons également avoir des chapitres dans ces parties et, à chaque fois, l’auteur va prendre soin de nous dire à quelle période nous sommes, le jour et l’heure qu’il est ainsi que l’endroit où nous nous trouvons et c’est ce qui nous permet de ne jamais nous perdre dans le roman et de toujours savoir où et quand nous sommes. 

On se retrouve à plusieurs endroits avec plusieurs protagonistes, temps pendant lequel l’auteur pose les bases de son histoire et, puis très vite, nous entrons dans l’action, nous faisons la connaissance du commandant Grayson Pierce qui se prélasse sur une plage au soleil et nous découvrons aussi Seichan, il ne nous faut pas très longtemps pour comprendre qu’ils sont un couple très unis et qu’ils sont heureux. D’ailleurs, tout au long du roman, je me suis énormément attachée à ce couple, surtout à Gray par rapport à son passé, mais je me suis aussi inquiétée pour eux et ce qu’ils vont vivre. 

C’est le moment de passer à l’action, la tranquillité est finie pour notre petit couple. Deux avions un peu étranges vont survoler l’ile et là, ça va être le début de la fin quand un essaim de guêpe va leur foncer dessus. C’est reparti pour un petit coup de sueur froide avec ma phobie des guêpes, elles vont être très présentes dans l’histoire et j’avoue qu’à certains moments, j’ai eu l’impression de les sentir m’envahir les jambes pendant toute la lecture. Ce qui crée un sentiment d’oppression, en plus. Finalement, cette invasion de guêpes m’a vraiment retournée et il m’a été impossible de lâcher ce roman tant je voulais savoir.

Pensez-vous, les guêpes ne vont pas être toutes gentilles et être juste un peu présentes dans le roman, l’auteur va leur consacrer un chapitre de temps en temps, pour nous expliquer les différentes races que nous allons trouver dans le roman et j’ai vraiment aimé découvrir ces descriptions. Elles sont vraiment bien détaillées et vous saurez tout sur la guêpe en question. Imaginez certaines guêpes préhistoriques bien flippantes. J’ai adoré ça, malgré ma phobie !

Bien sûr, dans ce roman, il n’y a pas que les guêpes, il y a d’autres protagonistes et ils sont assez nombreux, mais l’auteur les décrit tellement bien qu’on ne se perd jamais entre l’un et l’autre. Après, une chose est certaine, c’est qu’on ne peut pas s’attacher à tous, c’est impossible. Enfin, pour ma part, ça l’a été. Il y a un autre couple auquel je me suis énormément attachée, ce sont Kat et Monk, toujours synchros et vraiment toujours là l’un pour l’autre. On voyage, on découvre des endroits très intéressants, des données scientifiques tout aussi intéressantes. Niveau rebondissements et révélations, nous ne sommes pas en reste tout comme pour l’action. Je suis vraiment ressortie de ce roman avec ce que j’en attendais, du dépaysement, sortir de ma zone de confort, des découvertes et j’en suis ravie. D’ailleurs, je compte bien continuer à découvrir l’auteur.

Si j’ai réussi à vous convaincre ou si vous connaissiez déjà l’auteur, n’hésitez pas à vous jeter en librairie dès aujourd’hui ou à vous rendre ici.

Note : 4 sur 5.

Publié par :L'antre du bonheur

Booktubeuse, blogueuse, amoureuse des mots. Lectrice de romans en tout genres, de mangas et de bandes dessinées :)

6 commentaires sur “L’île interdite de James Rollins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s