Test : Empire Of Sin

Voici les bases : Empire of Sin a lieu pendant la prohibition à Chicago, où le 18e amendement mal conçu a créé un océan de ventes illicites d’alcool du jour au lendemain. Cela commence par un casting de vrais personnages fictifs parmi lesquels vous choisissez votre avatar : Al Capone est là, naturellement, mais la liste est longue et intéressante, chaque gangster a vraiment un pouvoir à lui, et des capacités propres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Votre empire se base sur les raquettes : les casinos, les bars clandestins, les bordels et les distilleries qui font de l’alcool alimentent toute l’opération. Pour en prendre un, vous devez soit acheter un bâtiment vacant, expulser des voyous locaux ou défier un gang rival. 

2020123008442100-9B9E2EA95A99D20AA9AE82F83E358325

Cela vous plongera dans le combat au tour par tour de style X-Com, qui est vif et satisfaisant même s’il est généralement familier. Mettez-vous à couvert, mettez-vous à moitié à couvert, gérez vos points AP, précipitez-vous et prenez soin de bien vérifier votre barre de vie et espérez désespérément que vous pourrez remporter la victoire avant le tour de votre adversaire. Votre chef en fera partie, apportant une puissante capacité unique qui définira probablement les combats dans votre jeu jusqu’à ce que vous choisissiez quelqu’un d’autre. 

2020123008424300-9B9E2EA95A99D20AA9AE82F83E358325

Vos gangsters embauchés ont aussi des capacités, mais il faudra faire attention à eux : la mort n’est jamais très loin…

Il y a donc le combat, puis il y a la gestion. Vos raquettes ont besoin d’alcool et vous devez donc équilibrer vos distilleries pour leur éviter de se tarir. Les bars clandestins nécessitent de l’alcool à flots, les bordels moins, et les casinos sont des opérations risquées qui pourraient soit perdre, soit gagner gros selon la façon dont les choses se passent. Vous pouvez vous développer en construisant et en prenant plus de raquettes, ou vous pouvez améliorer celles que vous avez avec de meilleures installations et une meilleure protection.

2020123008394800-9B9E2EA95A99D20AA9AE82F83E358325

Et maintenant, nous sortons à une plus grande échelle, celle où vous êtes en concurrence avec des gangs rivaux pour contrôler le territoire. Nous nous dirigeons ici vers le territoire de la civilisation, où vous devez équilibrer les ressources dont vous avez besoin pour gérer votre empire avec les ressources dont vous avez besoin pour l’étendre et le défendre. À un certain moment, les clients, et non les entreprises, deviendront votre facteur limitant, et vous devrez peut-être faire faillite chez un gangster rival afin d’encourager doucement la clientèle à venir chez vous. Et s’ils ont une belle opération en cours, peut-être juste la reprendre?

2020123008423700-9B9E2EA95A99D20AA9AE82F83E358325

Bien sûr, les gangs rivaux ont un chef, comme vous, et ils seront plus durs que les voyous qui s’installent dans des bâtiments vacants. Vous pourrez négocier avec eux tout en décidant qui garder de votre côté, qui contrarier et qui opposer les uns aux autres : diplomatie classique de style civilisation, forger des arrangements de partage de ressources avec vos amis tout en essayant subtilement les faire entrer en guerre, les affaiblissant pour votre inévitable trahison. Vous pouvez sortir la carte à ce stade, et observer la ville et ses quartiers comme un échiquier. La police est là aussi : une faction puissante à laquelle vous ne voudrez pas vous mêler, du moins pas au début. J’ai commis l’erreur de riposter contre les autorités fédérales lorsqu’ils ont attaqué ma distillerie et cela ne s’est pas bien passé.

2020123008421500-9B9E2EA95A99D20AA9AE82F83E358325

Le jeu vous attire d’un mouvement à la fois, tout comme Civilization, vous entraînant au fur et à mesure que vos machinations deviennent de plus en plus complexes jusqu’à ce qu’elles se décomposent et que vous deviez les retenter en y incluant les informations et les tactiques que vous avez glanées en cours de route.

Le jeu est intéressant, un peu complexe à prendre en main pour un débutant, graphiquement bien fait pour la Switch, je présume que les autres versions sont mieux faites pour les cinématiques, car sur la console de Nintendo, les personnages ne bougent pas la bouche quand ils parlent, ou un peu de saccades. Le jeu reste sympa à faire en version portable, tranquillement sous un bon plaid, vous pouvez essayer de faire le jeu à votre sauce et recommencer plusieurs parties avec des chefs différents. Il y a pas mal d’heures de jeu qui vous attendent.

Test effectué sur Nintendo Switch

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s