Test : Pathfinder : Kingmaker Definitive Edition.

Un avertissement avant de commencer mon test :   je n’ai pas fait le tour de tout ce que ce jeu a à offrir. Mon horloge en jeu me dit que j’ai joué seulement pendant 50 heures. Cela, je dois le souligner, n’inclut pas le nombre de fois où j’ai eu besoin de charger d’anciens fichiers de sauvegarde parce que je me suis retrouvé coincé quelque part. C’est un jeu de longue haleine, bien que comparé à 99% des autres jeux de plus de 100 heures, je dirais que celui-ci a un rythme et un flux narratif décents. Il aurait pu utiliser un peu de rognage, mais il est structuré de telle manière que les événements majeurs, qui semblent faire partie intégrante de l’intrigue, se produisent au bon rythme.

Pathfinder: Kingmaker_20200911143155
Pathfinder: Kingmaker_20200911143155

Vous commencez votre aventure en faisant partie d’un grand groupe de héros en herbe qui ont reçu une quête pour libérer une région sans loi qui se trouve aux frontières d’un royaume voisin. Immédiatement, un groupe d’assassins attaque le château, et vous – avec un petit groupe de survivants – finissez par vous regrouper pour entreprendre une quête qui semble soudainement beaucoup plus urgente. Dans ce chapitre d’ouverture, non seulement vous devez garder un œil sur le traître qui a laissé entrer les assassins, mais vous devez également aider le propriétaire d’une auberge locale à faire face à certains bandits et à affronter une dangereuse cabale d’utilisateurs de magie. Agrandissez votre groupe de héros, combattez un ou deux trolls et, éventuellement, affrontez le chef des bandits pour la propriété de la région.

Pathfinder: Kingmaker_20200831084905

Il y a assez de matériel là-dedans pour un jeu à lui tout seul, mais c’est, en fait, là que Pathfinder commence réellement. À partir de là, vous vous retrouvez à gérer un royaume naissant, des ressources, etc., et à faire face à toutes les intrigues politiques nécessaires à votre aventure en cours. Ce que j’aime à ce sujet – et pourquoi je suis prêt à pardonner au jeu sa longueur – c’est qu’il reflète étroitement la façon dont Pathfinder a commencé. 

À l’époque, la principale façon de jouer à Pathfinder était via les aventures publiées mensuellement. Encore une fois, ces choses étaient vraiment bien écrites et organisées en « arcs » d’une sorte, le magazine de chaque mois contenait une aventure autonome, mais quand ils ont été combinés ensemble, ils ont formé un scénario vraiment épique (un scénario qui prendrait généralement un an à jouer au rythme auquel mon groupe de table a joué). Donc, vraiment, le flux narratif et la structure de Pathfinder: Kingmaker reflètent étroitement l’expérience de Pathfinder sur papier, et il est difficile de reprocher aux développeurs d’avoir atteint cette vision.

Pathfinder: Kingmaker a toutes les fonctionnalités que le Baldur’s Gate d’antan avait :  une perspective isométrique descendante, ainsi qu’une liste étendue de personnages, chacun avec ses propres histoires à partager, et une liberté assez ouverte pour vous permettre de vraiment prendre le contrôle du déroulement du récit. C’est le genre de jeu auquel vous finirez par vouloir jouer plusieurs fois (même compte tenu de sa longueur), car il n’y a tout simplement aucun moyen de tout vivre en une seule fois. Certaines des histoires et des lieux les plus fascinants sont complètement complémentaires à l’intrigue principale, et tout cela peut devenir si accablant que Pathfinder peut parfois se sentir presque sans but. Même lorsque vous avez un objectif majeur devant vous, vous êtes souvent obligé d’attendre simplement que le temps passe pour que l’objectif soit prêt à continuer, ce qui rend les choses encore plus sans but.

Pathfinder: Kingmaker_20200911143102

Une fois que vous assumez le rôle de roi local, il y a une certaine diplomatie à mettre en place et des éléments de stratégie qui s’y ajoutent. Vous devez attribuer des tâches aux gens, décider de la croissance de votre empire et gérer les tensions aux frontières. C’est évidemment quelque chose que Baldur’s Gate n’a jamais fait, et c’est un ajout fascinant, élargissant davantage la portée de Pathfinder au-delà de l’exploration et du combat et en s’appuyant sur cette véritable approche épique du récit. Une grande partie de cela peut être automatisée si vous souhaitez vous concentrer sur les quêtes et les combats, mais je recommande de gérer tout cela personnellement. Ce n’est pas un grand constructeur d’empire, mais c’est néanmoins intéressant.

Pathfinder: Kingmaker_20200911143030

Le jeu présente bien le monde de Pathfinder, ce qui n’est peut-être pas familier pour certains joueurs, étant donné qu’il s’agit là de la vraie première tentative d’un RPG Pathfinder. Des livres d’histoires et de traditions sont éparpillés, et il y a un glossaire qui peut être extrait pour chaque monde et un terme spécifique à la narration qui est laissé dans le dialogue. Le seul problème que j’ai, c’est l’art. Pathfinder a un style artistique distinctif et assez beau à travers ses livres et ses produits imprimés, mais ce jeu ne capture pas tout à fait l’esthétique aussi bien que je le souhaiterais à travers les modèles de personnages et les environnements du jeu. Mais il reste un beau modèle dans son genre.

J’ai vraiment apprécié de me retrouver dans ce monde, et j’y replonge encore souvent car,comme je l’ai expliqué au début du test, il y en a encore pour quelques heures avant d’en voir le bout.

Le jeu est disponible sur Xbox One, Playstation 4 & PC.

Test réalisé sous Playstation 4 Pro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s