« La maison bleu horizon » de Jean-Marc Dhainaut par Meli et Isa

Hey hey les geekos, aujourd’hui avec Meli, on vous retrouve pour vous parler d’un roman que nous avons toutes les deux beaucoup aimé et, du coup, nous avons décidé d’en faire un avis commun, tout en ajoutant un peu d’originalité.

Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d’Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l’enquête bouleversante qui l’attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d’un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?

la maison bleu horizon

Salut Méli, tu as relu « La maison bleu horizon » alors que moi, je le lisais pour la première fois. Bon, j’avoue, c’est toi qui as provoqué cette envie de lecture chez moi. Pourquoi l’avoir relu ?

Salut Isa, j’ai relu ce livre tout bonnement parce que c’est mon livre préféré. Sur tous ceux que j’ai lus, c’est celui-ci qui m’a le plus touché. L’écriture de Jean-Marc Dhainaut est vraiment belle, qu’en penses-tu ?

Tu m’avais dit, en effet, qu’il avait une belle plume et que j’allais aimer, que j’allais être touchée et émue par sa plume mais je ne pensais pas que ce serait à ce point-là. J’avoue avoir été vraiment très surprise. En effet, j’ai été émue, mais j’ai également ressenti des moments d’angoisse et de peur. Toi aussi, tu as ressenti autre chose que de l’émotion?

En fait, j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour tous les personnages qui sont véritablement tous touchants. Même les animaux sont attendrissants, c’est pour dire. Mais Alan Lambin est un enquêteur hors pair qui m’a beaucoup plu parce qu’il est impliqué au plus haut point dans l’histoire de cette famille. Qu’as-tu pensé de l’environnement ?

En effet, j’ai senti Alan Lambin très impliqué et j’ai vraiment beaucoup aimé le personnage. L’environnement, je l’ai trouve très oppressant. Jean-Marc arrive vraiment à nous plonger dans l’univers qu’il a créé et on tremble avec les personnages. L’environnement de la maison hantée est très réussi et je trouve que les descriptions, que ce soit des personnages ou des lieux, sont vraiment très bien dosées, tu en penses quoi?

C’est vrai que tout est parfaitement développé. Le froid, présent au travers des pages du livre, m’a littéralement glacé le sang. J’avais comme l’impression de vivre à leurs côtés et de ressentir la présence de ces âmes perdues. Jean-Marc sait poser ses nombreuses descriptions comme il faut pour que le lecteur soit encore plus imprégné de l’histoire. Aussi, en relisant une seconde fois « La maison bleu horizon », je me suis rendue compte que beaucoup d’indices étaient distillés sous nos yeux pour comprendre toute l’histoire. Les as-tu vus ?

J’avoue que niveau indices, non je n’ai rien vu venir, je me suis laissée bluffée par les révélations du début à la fin. J’ai été très agréablement surprise par les découvertes que j’ai faites tout au long de ma lecture et, même la toute fin, je ne l’ai pas vue venir, et j’ai été très agréablement surprise. Plusieurs fois, je me suis dit « Non, c’est pas vrai, il a fait fort Jean-Marc! Quelle imagination! « . Dis-moi, il y a une chose à laquelle j’attache beaucoup d’importance, quand ils sont bien choisis (ce qui est le cas avec ce roman), c’est le titre et la couverture. Je trouve que les deux collent vraiment bien avec l’histoire et on y découvre toutes les explications. Qu’en penses-tu?

C’est vrai que la couverture en elle-même est jolie, mais prend véritablement tout son sens quand nous lisons le roman. Le corbeau est une référence importante du livre. L’escalier est emblématique également et cette âme vaporeuse qui se balade aussi. Tout est bien choisi et les couleurs également, parce que ce sont celles que j’imaginais en lisant ce livre. L’histoire qui se déroule en parallèle m’a fait vivre beaucoup d’angoisses et de tristesse. Je me demandais quel était le rapport avec l’histoire de la maison. Te serais-tu doutée de ce qui allait se passer ?

Comme je l’ai dit, je n’ai rien vu venir. En ayant le livre en main, jamais je n’aurais pensé que la couverture et le titre prendraient tout leur sens une fois ma lecture terminée, c’est impressionnant. D’ailleurs, une fois la dernière page tournée, je suis restée bouchée bée quelques minutes, j’en suis vraiment restée sans voix. Et toi, quelle a été ta réaction, une fois la dernière page tournée?

C’est simple, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. J’ai dû mettre plus d’une heure à faire arrêter mes larmes tellement ce livre m’a retournée. Et j’ai mis plus de 15 jours à pouvoir me plonger dans un autre livre. Je ne pensais qu’à « La maison bleu horizon », sans arrêt. C’était et c’est encore mon plus gros coup de cœur littéraire, surtout après ma  deuxième lecture. Après toutes ces émotions et cette lecture qu’on a eu plaisir à faire en commun, on repart voir Alan Lambin dans « Les prières de sang », tu es partante ?

Ah oui, tu as vraiment été touchée !  J’avoue que je ne suis pas très émotive, mais j’ai fini ce roman avec les larmes aux yeux. J’y pense encore, mais j’ai pu commencer un autre roman.

Mais bien sûr que je suis partante !  On reviendra très vite avec un avis sur « Les prières de sang », c’est certain.

Et si vous voulez vous procurer ce roman au format poche ou en numérique, ça se passe par ici.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s