Fairy Tail : la guilde la plus puissante de Fiore est devant nos portes.

Beaucoup trop de jeux vidéo tirés d’animes se  ressemblent et ne font venir que des gains d’argent ce qui force des genres mal adaptés à des franchises d’anime et de manga assez ternes.

Ainsi, lorsque Koei Tecmo a annoncé une version en  jeu vidéo de Fairy Tail, j’étais prêt à rouler des yeux sur un énième clone de jeux de combats ou sur un copie de Warriors et de passer à autre chose, mais quand ils ont ensuite révélé que Fairy Tail serait une expérience de jeu de rôle sur console des développeurs de la Série Atelier, j’étais super content.

Après comme vous avez compris, je suis assez fan de la licence, on la suit depuis pas mal de temps à la maison, donc les arc qui sont donnés ici, on les connait, mais malheureusement pour ceux qui ont à peine lu ou regardé la série, et qui rentrent dans ce jeu, ils seront un peu perdus. Il n’y a pas vraiment d’explications pour certains morceaux de l’histoire, ou vraiment vu très vite. L’univers n’est pas très compliqué, quand même, pour les novices en la matière.

Dès que vous commencez le jeu, vous êtes directement lancés dans un combat de boss , attaqués par un dragon et piégés dans une stase de bulle temporelle pendant sept ans alors que le reste du monde continue son petit bonhomme de chemin. Comme les fans de la série le savent , c’était une version hyper-abrégée des derniers moments de l’arc de l’île Tenro, un arc d’histoire qui se déroule sur près d’une centaine d’épisodes ou deux cents chapitres dans la série originale.

Le jeu commence avec votre retour dans votre guilde après sept ans pour la trouver dans un état décrépit et sans fonds ni renommée, forçant les utilisateurs magiques qui y vivent à faire de leur mieux pour ramener la guilde à son ancienne gloire. Au début, cela ne ressemble à rien d’autre qu’à un travail répétitif lorsque vous acceptez une mission du tableau de demande pour tuer une chose, allez tuer cette chose, puis revenez à la guilde pour la refaire.

Le monde de Fairy Tail est fortement axé sur les utilisateurs de la magie et du combat  vous encourageant à utiliser des attaques magiques aussi souvent que possible, car les attaques standard font peu de dégâts et les ennemis vaincus restaurent votre mana.

Avec des ennemis prenant des places sur une grille 3 × 3 devant vous et vos capacités magiques ayant chacune des zones d’attaque de grille différentes, il est avantageux de jouer intelligemment et de choisir des attaques magiques avec des zones d’effet correspondantes pour infliger un maximum de dégâts.

Les jeux précédents de Gust n’ont jamais vraiment donné la priorité au combat, mais en superposant de nouveaux mécanismes de jeu au fur et à mesure que vous progressez, comme les systèmes de buff d’éveil, les attaques  Magic Chain et les capacités élémentaires mélangées, ils ont créé une expérience RPG vraiment enrichissante.

Des éléments plus profonds de l’histoire et des activités s’ouvrent à mesure que vous progressez. Faire des missions du tableau des quêtes peut faire gagner des points de guilde et de l’argent que vous pouvez utiliser pour classer les personnages ou améliorer les installations de base. Au fur et à mesure que les personnages se battent ensemble, ils peuvent renforcer leurs liens et débloquer des scènes de dialogue spéciales ou des missions de personnage.

Les personnages auront entre eux, des petits fragments d’histoires assez intéressants, des fois humoristiques aussi, c’est un jeu qui veut savourer les moments les plus petits et les plus calmes de la série, et c’est ce charme discret que Gust avait passé des décennies à maîtriser avec la série Atelier qui rend ce jeu si attachant. Ces petits moments se font au détriment des plus grands rythmes de l’histoire. Le jeu Fairy Tail adapte deux arcs majeurs du milieu de l’histoire originale – l’Arc du Grand Tournoi de la Magie et l’Arc Tartaros – mais dire que le jeu «adapte» ces histoires est un peu exagéré. À vrai dire, le jeu accélère à travers beaucoup de moments de ces deux histoires au point que je me répète, c’est encore un grand manque dans le jeu, malheureusement. 

Si un élément de ces grands arcs d’histoire se présente parfaitement, c’e sont les combats de boss. Les fans de Shonen adorent qu’un grand et mauvais ennemi devienne de plus en plus fort lors des confrontations, en éliminant de multiples formes et armes secrètes et techniques ultimes pour prolonger la bataille. Le jeu Fairy Tail émule parfaitement cela, vous permettant de vider la gigantesque barre de santé d’un boss uniquement pour qu’il glousse, parle de repousser ses limites comme jamais auparavant et d’obtenir une barre de santé encore plus grande . Des touches comme celles-ci, aux côtés des modèles de personnages animés précis et de la musique d’aventure haute-fantasy addictive qui accompagne chaque scène, aident à donner vie à l’esthétique de la franchise de manière vraiment puissante.

La franchise Fairy Tail et le genre JRPG sont un match parfait, et ce jeu capture parfaitement le charme stupide mais étonnamment intense de la série originale. C’est dommage que le jeu consacre souvent si peu d’efforts à adapter les principales scènes de l’histoire, mais ce sacrifice est compensé par l’abondance de petites interactions amusantes avec les personnages et de vignettes qui sont parsemées tout au long du jeu. Fairy Tail vous permet de vivre dans le monde de Natsu et ses compagnons comme aucun autre jeu d’anime ne l’a fait auparavant, et tout fan de la série est sûr de sourire à cette expérience de RPG dédiée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s